Sorrow

30 mai 2007

De profundis te clamavi

La nuit m'enveloppe de son voile

Comme un peintre a sa toile

Je reve d'un monde utopique

Ou même le pape serait hérétique

Dans les flammes de mon coeur

Dans les méandres de ma rancoeur

Je pourrirais éternellement

Faute d'avoir été moi, tout simplement

Je erre dans le labyrinthe grotesque

De Chronos, l'abracadabrantesque

Il me hait et me poursuit

Et moi, pour tout dire, je le fuit

Insolence, putréfaction de mon ame desséchée

Je pleure la souffrance des êtres damnés

Damnés par Dieu ou par l'homme

C'est la même chose en somme.

Enfer ou Paradis, je n'y serais point

Seul le Purgatoire, et de loin

Saura accueillir mes éternelles élucubrations

Faute d'avoir trouvé la réponse a mes questions.

gothic_vampire

Posté par Vampiria à 15:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]